<div style="background-color: none transparent;"><a href="http://www.swissinfo.ch/fre/actualite/index.html?view=rss&cid=294434" title="rsspump">news</a></div>
  Shaman   Vacances   Blog

 
 
Thierry Raetzer
Votre IP : 18.208.132.33

Vols 2014


 
   
Le site officiel de la base aérienne de Sion : C'est par ici...
  News 1/2014
   
Périodes d'activités de la Base aérienne 2014

Ce tableau présente la répartition du trafic aérien sur avions à réaction prévu au départ de Sion. Hors des périodes planifiées, le trafic des jets militaires se limite à des vols occasionnels d'entraînement individuel de pilotes de milice (E indiv), de transferts d'avions ou d'essais en vol après travaux d'entretien et de réparation sur avions.
   
   
Légende : CE = Cours d'escadrille Tiger (en rouge) ou F/A-18 (en bleu)
  CR = Cours de répition de la troupe d'aviation au sol avec activité aérienne
  E indiv = Périodes prévues pour les entraînements individuels et isolés de pilotes de milice sur F-5 Tiger, soit de 0 à 10 vols par semaine (en jaune)
   
Les avions à réaction volent généralement du lundi au vendredi, de 8h à 12h et de 13h30 à 17h.
Lors du cours de répétition de la troupe, du lundi 13 au vendredi 31 janvier 2014, les jets voleront toute la journée (de 08h00 à 18h00) et quelques fois de nuit jusqu'à 22 heures.

Au cours de cette période, les avions basés à Sion seront affectés à la surveillance renforcée de l'espace aérien lors du World Economic Forum (WEF) de Davos, soit du lundi 20 au dimanche 26 janvier. Ils opéreront alors toute la journée, le week-end et de nuit, selon les exigences.
   
   
Quelques mots et notions sur la postcombution...

La postcombustion, c’est quoi ?

La postcombustion est un moyen technique relativement  simple  permettant  d’accroître temporairement  la  poussée  du  moteur.  Il consiste à injecter du kérosène dans les gaz d’échappement  du  réacteur.  Le  kérosène s’enflamme immédiatement, d’où l’accroissement de la poussée.

Peut-on renoncer à la postcombustion ?


L’utilisation  de  la  postcombustion  dépend, entre autres, de la température, du vent, de la  longueur  de  la  piste  et  de  la  charge  de l’avion. En prolongeant la piste de Sion, il devrait être possible de renoncer à une part conséquente des décollages avec postcombustion.

Pourquoi l'enclenche-ton ?


Les    avions    militaires    décollent    avec postcombustion pour des raisons de sécurité. Le jet doit atteindre une vitesse minimale au milieu de la piste. Une fois ce point atteint, en  cas  de  dysfonctionnement  quelconque, le  pilote  doit  pouvoir  décider  s’il  continue son décollage ou s’il interrompt la procédure et  attrape  le  câble  d’arrêt  d’urgence  prévu à cet effet. Contrairement à l’aviation civile, les Forces aériennes ne connaissent pas de «point  de  limite»  lors  de  la  procédure  de décollage où le pilote, en cas de problème, n’a d’autre choix que de tenter de décoller, malgré  le  risque  de  s’écraser  en  bout  de piste. Cette éventualité doit absolument être écartée.
En ce qui concerne le bruit, cela aurait une double conséquence. La première, positive, permettant  de  décharger  la  zone  longeant la piste (Châteauneuf ). La seconde, négative, augmentant la charge dans le prolongement de celle-ci (Conthey, Vétroz, Ardon ou sur la ville de Sion lorsque les décollages ont lieu en direction du Haut-Valais), car l’avion prend moins rapidement de la hauteur.

Suite à l’expérience acquise lors d’entraînements ou de missions opérationnelles,  les  Forces  aériennes  ont adapté  une  configuration  du  F/A-18  avec un réservoir supplémentaire. Cela oblige cet avion à décoller avec postcombustion, mais offre néanmoins des avantages considérables. En effet, le kérosène supplémentaire emporté permet de doubler le temps d’entraînement en l’air.
Dès  lors,  une  plus  longue  durée  de  vol permet  logiquement  de  réduire  le  nombre de  décollages  et  d’atterrissages,  avec  des conséquences positives en ce qui concerne les  émissions  sonores  aux  alentours  des bases aériennes.

Idée reçue sur la consommation de carburant


De  nombreux  chiffres  relatifs  à  la  consommation de carburant lors du décollage d’un F/A-18 avec postcombustion circulent. Parmi eux, celui de 7’000 litres est souvent cité pour la  consommation  d’un  avion  au  décollage. Ce chiffre est complètement erroné. En effet, la capacité maximale d’emport en carburant d’un F/A-18 est de 7’263 litres dans la configuration  standard,  soit  environ  6’013  litres pour le réservoir principal et 1’250 litres pour le  réservoir  supplémentaire  accroché  sous l’avion. Par mesure de sécurité, les pilotes doivent toujours conserver lors de l’atterrissage une marge de sécurité équivalente à environ
1’500 litres. Ce kérosène lui permettrait, en cas de piste momentanément fermée (pour des raisons techniques ou météorologiques), de poser sans difficulté sur une autre base de dégagement en Suisse. Dans ces conditions, avancer le chiffre de 7’000 litres pour la consommation de carburant au décollage relève  purement  et  simplement  de  l’imaginaire.
   
   
   
   
   
   



















Quelques réflexions...
M@tterhorn...

A visiter :
Météo Sion


Copyright © Thierry Raetzer
Powered T.G.S. Content Management 0.2.0